Banque : Les salaires des cadres de la banque en France, revus a la hausse ?

À cause de la concurrence de plus en plus rude des banques étrangères, qui s’installent en France a causes de raisons liées au Brexit, les banques françaises devraient revoir à la hausse les prestations salariales pour les postes les plus précis.

 

  • Des hausses de salaire motivé par le Brexit ?

 

L’année 2018 pourrait bien se profiler sous de bons augures pour les cadres des banques françaises. Arnaud Morgaux, PDG de Robert Walters Europe et Amérique Latine s’y exprime à propos : “Cette année, les banques françaises vont veiller à ne pas perdre leurs meilleurs talents alors que le Brexit pousse précisément certaines banques étrangère à s’installer à Paris” , après la présentation de l’étude rémunération 2018 du cabinet de recrutement. Après enquête, le cabinet prédit une hausse des salaire d’environ 2% dans le secteur bancaire français pour 2018.

Ce qui est tout de même bien loin des hausses attendu dans les métiers du conseil, ou des progressions des salaires de 10% est attendue.

 

  • Des hausses pour des postes précis.

 

Le senior manager de Roberts Walters, Amaury La Clavière, a lui avancé : “Fortement contraintes sur le plan réglementaire et mises au défi du digital, les banques ont peu joué sur les rémunérations ces dernières années. Les hausses de salaire se sont donc concentrées sur quelques profils très recherchés en conformité ou dans la gestion du risque. Cette tendance va se poursuivre en 2018”.

Les postes concernés par ces hausses de salaire sont, selon le cabinet, prévu pour les postes de responsable du risque et d’analyste crédit. Concernant les métiers directement en liens avec la clientèle, seul les responsables de banque privées vont voir leurs salaires fixes augmenter.

Quant aux profils experts, eux aussi seront sujets à cette hausse. Et pour cause, “C’est un domaine où il y a une véritable pénurie de candidats et l’approche du Brexit risque de renforcer le phénomène : les BFI installées à Paris devront inévitablement s’équiper de fonction de back- et de midlle-office” a déclaré Héléna Frasca, elle aussi senior manager chez Roberts Walters

 

  • D’autres leviers de fidélisation pour leurs employés.

 

À défaut d’augmenter tout leurs salariés, les banques tentent d’autres options : “Elles misent davantage sur l’équilibre vie personnelle – vie professionnelle avec des dispositifs de télé-travail, elles mettent en avant les projets et les équipes. Ce sont des marqueurs importants pour les plus jeunes générations”, fait part Amaury La Clavière.

Il concède quand même le fait que ces efforts ne sont pas suffisants. Et que garder ou attirer des talents cela reste compliqué. Surtout face à des perspectives telles que travaillé pour des groupes technologiques ou encore face à l’envi d’entreprendre.

 

Une hausse de salaires annoncée donc, afin de couvrir ses arrières face aux changements prévus. Mais qui ne concerne pas tout le monde, et qui n’empêchera sûrement pas la fuite de quelques talents, confirmés comme prometteurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *